top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurFlorence

De l'Arbre

Dernière mise à jour : 1 mars

"L'arbre qui émeut certains jusqu'aux larmes n'est aux yeux des autres qu'une chose verte qui entrave le passage" William Blake. (1)


Peut-être que pour vous un arbre est juste un arbre mais pour je ne sais quelle raison, pour moi un arbre c'est bien plus que ça. Et je me suis penchée sur le pourquoi.


Arbre remarquable
Etude arbre, 2015, huile sur toile

Pourquoi est-ce que j'adore les arbres ? Que représentent-ils pour moi ? Pourquoi suis-je si émue quand je les admire ? La nature est belle, oui c'est vrai, mais pourquoi certains arbres nous mettent-ils dans des états émotionnels aussi intenses ? Je peux par exemple me mettre dans un état de contemplation extrême devant un arbre "remarquable*". Un jour j'ai même pleuré car une allée de platanes majestueux et spectaculaires a été rasée près de chez moi à Versailles. Je me souviens encore de cette émotion.

Du coup j'ai fait quelques recherches. J'ai cherché à comprendre pourquoi par exemple des artistes ont été si passionnés par les arbres.

Lorsque j'ai vu les troncs sciés des platanes de Versailles, j'ai d'abord pensé à la futilité de la vie. Des décennies, des siècles ou parfois des millénaires de croissance pour être abattu en quelques secondes. L'arbre a une période de vie plus longue que celle de nous êtres humains mais en même temps il nous accompagne au quotidien. Nous voyons de nos propres yeux son évolution au fil des saisons et des années. Sa temporalité se calque à la nôtre tout en la dépassant magistralement.

Dans les pays tempérés, les arbres sont les symboles de la vie et de la mort. A travers les quatre saisons, ils sont la preuve visuelle du cycle de la vie. Ils portent l'espoir de renaissance avec l'arrivée des premiers bourgeons du printemps. Ils sont témoins d'espoir.

Qui n'a pas ressenti cette exaltation au mois de mars lorsque les cerisiers fleurissent et les toutes jeunes feuilles verdissent les branches ? Elles nous confirment que nous avions raison d'avoir foi.

De surcroit l'arbre a toujours accompagné l'homme dans son quotidien, lui servant de bois de chauffage, de matériau de construction, ses fruits d'alimentation, sa sève ou ses feuilles de médicament et enfin son ramage de refuge.

De plus ils résistent à toutes les tempêtes et autres catastrophes. Comment ne pas les admirer.

Quel choc fut pour moi la visite du parc des sequoias géants à côté de San Francisco lorsque j'avais 16 ans. Quel autre être vivant sur cette terre peut se vanter d'une telle longévité et d'une telle beauté ? Ses arbres ont grandi et survécu. Tant de persévérance force le respect.

Les arbres nous imposent leur humilité. Ils prennent leur temps pour se renforcer et durer. Comme s'ils avaient à cœur de durer pour protéger aussi longtemps que possible les autres êtres vivants qui dépendent de lui. Car un arbre n'est pas "solitaire". Il accueille la vie, une vie foisonnante ! Même après sa mort il nourrit la vie. Il est immortel.


En novembre dernier, je suis avec une amie dans un gîte en Aveyron. Nous avions choisi ce gîte à cause d'une seule photo sur leur site internet. Un chêne majestueux, nommé Auguste, dominant le paysage devant la bâtisse. Il était à lui seul le paysage. Une forme de vie puissante dominant la vallée.

Nous sommes arrivées de nuit et le lendemain matin, nos hôtes nous annoncent la nouvelle d'une voix grave et émue : Auguste est tombé la veille de notre arrivée. Le choc.

Le choc surtout pour elles (nos hôtes) et les habitants du coin qui vivaient avec ce chêne depuis des années. Auguste était dans son processus de senescence*.

Ce matin-là nous sommes toutes allées rendre hommage au vieux chêne et nous avons pu entrer dans les profondeurs de son houppier*. Cet espace normalement inatteignable nous était ouvert. On y a découvert un autre point de vue, un autre monde. L'impression d'être dans une forêt, un arbre-forêt.

Elles ont ramassé des glands, bientôt de petits Augustins pousseront sur cette même terre. Entre-temps la souche d'Auguste nourrie tout l'écosystème du lieu. Parfait symbole du cycle de la vie.


Le chêne Auguste le lendemain.
Auguste, 6 novembre 2023, plume encre de chine, 14.8x21 cm

Pour ma part, mon amour des arbres a commencé par ma fascination pour ses formes et ses couleurs diverses et infinies. Puis j'ai lu le livre "La vie secrète des arbres" (2). Comment ne pas être fascinée par cette vie végétale ?? Comme le dit si bien Bruno Girveau, les arbres sont "des vivants non humains, des membres de notre famille qui méritent notre attention." (3)

Nous, êtres humains, artistes, ne pouvons que nous permettre de le représenter. Il ne peut qu'être source d'inspirations. La création humaine n'est pas à la hauteur.


Arbre remarquable
Platane des Batignolles, 2024, fusain et pastel sec, 21x29.7 cm

A chaque fois que je dessine un arbre je suis déçue. Ma représentation ne lui fait pas honneur. Mais quand je lâche prise soudainement, je réalise que ce que je dessine n'est qu'un lien entre l'arbre et moi.

Pour Paul Klee : " Ni serviteur soumis, ni maître absolu, mais simplement intermédiaire. L'artiste occupe ainsi une place bien modeste. Il ne revendique pas la beauté de la ramure, elle est seulement passée par lui." (4)

Je ne sais pas ce que les gens qui regardent mes dessins et mes peintures d'arbres ressentent en les observant mais moi quand je les regarde je me souviens de chaque rencontre dans le réel. Chaque arbre est une rencontre, un souvenir. De nombreux artistes font ça avec des êtres humains, moi je fais ça avec des arbres....

D'ailleurs Paul Valéry rapporte à propos de Corot : "L'arbre chez lui, pousse et ne peut vivre qu'en ce lieu ; et tel arbre en tel point. Et cet arbre si bien enraciné n'est point seulement un spécimen de telle essence : mais il est individualisé ; il eut son histoire qui n'a point de pareille. Il est chez Corot quelqu'un. " (5)


Hommage à Ogata Korin
Arbre du Champ de mars, 2021, huile sur toile, 30x30 cm

Dans ma pratique je suis obsédée par les branches d'arbre nues, ces arbres d'hiver. Je m'émeus de chaque choix de direction de pousse. Pourquoi telle branche a décidé d'aller dans ce sens plutôt que de l'autre côté ? Et pourquoi ce choix est-il si esthétique à mes yeux ?

Si vous pouviez me voir prendre en photo un arbre ! Je tourne autour comme un vautour, à la recherche du plus beau point de vue. Car oui moi je me contente du 2D, pas de volume sur ma feuille, mais une simple représentation à plat. Dans cette contrainte, finalement tellement de possibilités. Je m'en contente et ça me remplit de joie. Mon bonheur est à ce point accessible !! J'espère que vous y trouverez vous aussi une certaine joie !

Pour Van Gogh, " il est évident que le contact avec le monde végétal et sa retranscription exaltée sur la toile relèvent à bien des égards d'un besoin curatif et anxiolytique. Il y puise, par empathie avec son motif, un surcroit de vitalité, de plaisir et même de santé, comme s'il absorbait la sève." analyse Thomas Schlesser. « (6)


Hommage à Ogata Korin
Meiji-jingu tree, 2021, huile sur toile, 30x30 cm VENDU

Alors, la prochaine fois que vous irez en forêt ou que vous croiserez un arbre, demandez-vous si sous un certain angle cet arbre ne mériterait pas le titre de plus belle chose au monde !


***

 

*Un arbre remarquable est un arbre repéré pour diverses particularités. Il relève donc d'un patrimoine par sa rareté, ses dimensions, sa position, son âge ou encore sa force symbolique.


*Processus de senescence : Sylvain Leroux, ingénieur paysagiste explique que "ce stade de maturité est atteint après plusieurs centaines d'années par des arbres de gros développement et de forte longévité comme les chênes, tilleuls, châtaigniers, etc. [...] La lente évolution des arbres est irréversible et peut durer des décennies. Mais leur phase de dépérissement est précieuse pour la biodiversité." (3)


*Houppier : Sommet d'un arbre constitué de l'ensemble structuré des branches situées en haut du tronc.



Arbre remarquable
L'arbre, 2015, huile sur toile,19x24cm


Bibliographie :

(1) Ar{T}bres, Les arbres dans l'art, Angus Hyland et Kendra Wilson, Pyramid Editions, 2021

(2) La Vie secrète des arbres, Peter Wohlleben, Les arènes, 2015

(3) Catalogue de l'exposition "La Forêt magique" Palais des Beaux-Arts de Lille, Régis Cotentin et Bruno Girveau, RMN, 2022

(4) Mythologie des arbres, Jacques Brosse, Editions Payot & Rivages, Paris, 2001

(5) Pièces sur l'art, Autour de Corot, Paul Valéry, 1932

(6) Arbres, Un botaniste au musée, Christophe Drénoux, Fage Editions, Lyon, 2018

-Traité de l'Arbre, Robert Dumas, Actes Sud, Arles, 2002

-Arbres, Ji Dahai, Editions Picquier, 2019

-L'Arbre dans la peinture de paysage entre 1850 et 1920 de Corot à Matisse, Exposition du Musée Tavet-Delacourt à Pontoise, Christophe Duvivier, Somogy Editions d'Art, 2012

-L'Emouvante beauté des feuilles, Gérard Jean, Les 2ditions Ulmer, 2015

-Ecoute l'arbre et le feuille, les arbres racontent une histoire millénaire. Si nous savions les entendre, David G. Haskell, Flammarion, 2017

-Guide des plus beaux arbres de Paris & d'Ile-de-France, Georges Feterman, Editions Ulmer, 2014

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page